Actualités
Archives

 

 

 

 

 

 



 

 

 

> Vie de quartier > Actualités

Le 25ème carnaval des Dragons de Saint-Georges arrive à grand pas !!!
(15 mars 2017)

Comme vous le savez, cette année encore les Habitants de Saint Georges, les Dragons de Saint Georges en tête, se rassemblent pour faire la fête pour le 25eme carnaval de Saint Georges
sur le thème des "Rien ne se perd tout se transforme ! ".
 Le carnaval est un évènement exceptionnel par son ampleur, les animations proposées et l'implication de ses habitants, les dragons et les habitants ont organisé cette fête depuis plusieurs mois que nous espérons mémorable.

C'est avec plaisir que nous vous invitons, avec l'ensemble de nos partenaires et soutiens, à participer à cet événement. Venez nombreux faire la fête et nous rejoindre place Valensio et place St-Georges :
Samedi 25 mars 2017 de 13h à minuit

Tenez vous prêt et venez vous maquiller, lancer des confettis, jouer, défiler, danser, ripailler, trinquer...
Laissez-vous émerveiller devant Mr Carnaval et les feux d'artifices
ON VOUS ATTEND pour FAIRE LA FETE !

Les Dragons de Saint Georges : 53, rue Saint Georges - 69005 LYON
http://dragons-saintgeorges. org

 

Un bateau-déchetterie fait le tri sur les bords de la Saône
(Mise en service, samedi 3 décembre 2016)

L'inauguration d’une déchetterie mobile, prenant la forme d’un bateau amarré ponctuellement, pour commencer, au bas du quai Fulchiron, à hauteur du siège de Voies Navigables de France, s’est déroulée dans la matinée du samedi 3 décembre 2016.
Cette déchetterie mobile, présente non pas en permanence mais une fois par semaine, nous semble innover dans la façon de vivre aujourd’hui, en rapprochant les usagers d’un lieu qui va leur permettre de se débarrasser de leurs encombrants et en utilisant de nouveau les cours d’eau de notre ville. 
Par rapport aux bennes mises à disposition du public, ici et là à travers les quartiers, il y a, avec ce nouveau mode de récolte, l’avantage que le tri est aussitôt fait et conduit par voie d'eau vers les lieux du traitement. 
Il faut ajouter que l’engin propulseur sera bientôt, en principe, un engin électrique. 
L’endroit où doivent se dérouler les opérations est, certes, à l’intérieur du site historique inscrit par L’Unesco, mais en dehors du secteur sauvegardé du Vieux-Lyon. Rappelons que le classement par l’Unesco est celui d’une ville habitée et vivante, non figée sur son passé. Le Vieux-Lyon n’est pas un décor, mais un quartier qui, comme les autres de la ville, mérite qu’on s’interroge sur les modes de vie d’aujourd’hui, pour trouver des solutions aux problèmes posés par ceux-ci.
Le principal obstacle à la réalisation d’un tel projet est le régime même de la rivière. La Saône est un cours d’eau particulièrement capricieux, et ses crues, nombreuses et durables, ne peuvent guère être contrecarrées. Nous avons vécu cela au cours de l’année dernière. Les concepteurs du projet, que nous avons pu rencontrer lors d’une réunion d’information organisée en amont, sont tout à fait conscients de ce problème et adapteront le nouvel usage à cette situation particulière. Et si les années se suivent, se ressemblent-t-elles ?
Tout en restant attentifs, nous ne pouvons qu’espérer la réussite d’une expérience innovante, unique en Europe, et souhaiter que ce « bateau-poubelle-qui-n’en-a-pas-l’air » puisse s’amarrer à d’autres quais de la Saône, comme du Rhône, offrant un nouveau service aux Lyonnais.

 

Pavés : de bonnes intentions…
(extrait du journal n° 146, juin 2016)

Pour la plupart des usagers (habitants et visiteurs) les pavés du Vieux-Lyon sont devenus un vrai problème. Et pas seulement pour les personnes âgées ou en situation de handicap. Des piétons se font réellement mal, en se tordant une cheville, ou même, en tombant. C’est pourquoi, nous nous sommes tournés du côté des élus pour transmettre cette importante question, assortie d’une proposition de réfection générale figurant dans le dossier Vieux-Lyon 2020 que nous proposions aux candidats à l’élection municipale de 2014.
Bertrand Jabouley (adjoint du 5e arrondissement en charge de la Voirie) nous a fait parvenir la réponse suivante :
« Les pavés du Vieux Lyon sont souvent critiqués pour les difficultés de marche que rencontrent les seniors et les personnes à mobilité réduite.
La reprise globale de ces pavés n’étant pas inscrite dans le plan de mandat, la Mairie du 5e a proposé de reprendre progressivement certaines zones dégradées et d’étudier les procédés techniques permettant la meilleure organisation du chantier.
Car reprendre les pavés sur ce secteur n’est pas une mince affaire. Un tel chantier ne peut se faire que sur une période très courte (trois mois dans l’année) pour ne pas gêner l’activité touristique. Et il nécessite de fermer la rue aux véhicules pendant près d’un mois, avec une large emprise qui limite la circulation piétonne.
Or, les dernières expériences de reprise des pavés (chantiers pour le Gaz et pour l’eau) se sont faites dans l’urgence, pour rendre rapidement la chaussée à la circulation piétonne et aux livraisons pour les commerces. Avec les résultats que l’on constate aujourd’hui.
Un essai a eu lieu cet automne, sur 25 mètres de la rue Saint-Jean, entre les places du Gouvernement et de la Baleine. D’un côté, la chaussée a été reprise intégralement avec une dalle béton drainante et deux techniques différentes de jointage des pavés. De l’autre côté, les pavés ont été juste reposés correctement, avec les deux techniques différentes. Sur la base de ces quatre zones test, seule la reprise globale de la chaussée semble efficace (mais à quel prix !) et l’un des joints emporte l’adhésion.
Ces procédés devront être utilisés à l’avenir, avec l’accord de l’Architecte des Bâtiments de France, en particulier pour la teinte des joints, qui doit être revue. »

 

Le Carnaval des Dragons de Saint-Georges a une nouvelle fois animé le Vieux-Lyon !
(extrait du journal n° 146, juin 2016)

Le samedi 2 avril 2016, le Carnaval des Dragons de Saint-Georges déambulait dans les rues du Vieux- Lyon, emportant avec lui son cortège de déguisements, de confettis et de fanfares.
« Tout ce qui brille », tel était le thème de cette édition.
Et, comme chaque année, bonne humeur, ambiance festive, sourires et paillettes dans les yeux des enfants ont contribué à la réussite d’une journée devenue incontournable dans le paysage vieux-lyonnais.
Sous un soleil enfin revenu, les petits et les grands du quartier Saint- Georges (mais pas qu’eux, car « tout le monde peuvent pas être de… Saint- Georges ! ») ont rivalisé de créativité et d’ingéniosité pour parader dans des costumes tous plus... brillants les uns que les autres ! Avant le défilé, l’association proposait un atelier de maquillage, très apprécié des enfants... Après le défilé, jeux géants en bois et goûter offerts aux petits, très appréciés également !
Après une longue promenade à travers les rues et les places, au son des batucadas, gages d’une ambiance particulièrement enjouée, tout ce beau monde s’est retrouvé enfin autour de la buvette et du repas proposé par un chef du quartier. Plusieurs groupes de musiciens se sont succédés alors sur la scène, pour la plus grande joie des participants, plus de 350 personnes, qui se sont déhanchées sur la place Valensio, attendant avec impatience le fameux feu d’artifice tiré de la passerelle Saint-Georges (et de l’abbé Couturier). Après ce festival de lumières et d’éclats, Monsieur Carnaval a été brûlé sans vergogne sur la place François Bertras. Retour au concert, avec un groupe funkreggae- rock, qui a conquis tous les suffrages d’une foule toujours plus nombreuse...Ambiance !
Rappelons que les Dragons de Saint- Georges ont pour but de créer du lien dans le quartier... Quelle réussite !

 

L’antenne de l’office du tourisme est fermée
(extrait du journal n° 146, juin 2016)

Il est vraiment regrettable, et quelles qu’en soient les raisons, que l’antenne de l’Office du tourisme, située à côté du métro Saint-Jean, soit maintenant fermée, un grand nombre de touristes arrivant à cet endroit dans le Vieux-Lyon, quartier emblématique de la ville.
Quand François Gaillard, son directeur, annonce : « en deux minutes de marche, on est à Bellecour » (sic), a-t-il des bottes de sept lieues ?
Le Vieux-Lyon est déjà un lieu difficilement praticable pour les personnes âgées et même pour les plus jeunes en raison des pavés disjoints, faut-il donc les faire retourner à Bellecour pour obtenir des informations, puis les faire revenir ensuite ? C’est un non sens !
Puisque nous nous voulons « ville internationale », il faudrait vraiment nous en donner les moyens.
Nous continuerons de militer pour une ouverture définitive et irrévocable et, dans cette attente, comme autrefois, la Renaissance du Vieux-Lyon fera, modestement, tout ce qu’elle pourra pour suppléer à ce manque en distribuant plans et informations…

 

Lucius Munatius Plancus à l’honneur
(extrait du journal n° 144, juin 2015)

En 1958, Louis Pradel, maire de Lyon, avait fait ériger une stèle rue Cleberg pour commémorer le bimillénaire de la fondation de Lyon. Dire que ce « monument » attire les regards est sans doute exagéré…

Aussi, depuis plusieurs années, la RVL et le CIL Saint-Just / Saint- Irénée / Fourvière demandaient que Lyon accordât une lisibilité, voire une visibilité, plus grande à la personnalité de ce proconsul romain, fondateur de Lugdunum en 43 avant J.C. Le conseil d’arrondissement vient de décider que le nom de ce grand personnage sera attribué à la voie reliant le site de la Visitation aux théâtres antiques. Accordons donc son importance à ce premier pas invitant à se souvenir du geste rituel qui créa notre cité.

 

Carnaval des Dragons de Saint-Georges : samedi 28 mars 2015
« A table »
(18 février 2015)

C'est le thème retenu pour le traditionnel Carnaval qui animera le Vieux-Lyon au début du printemps. Il aura lieu le samedi 28 mars 2015.
Comme toujours, les habitants du Vieux-Lyon sont invités à se déguiser et à déambuler au son des fanfares.
Comme toujours, si vous ne vous déguisez pas, vous pouvez vous joindre au public, goûter (spécialement cette année !) et applaudir les trésors de drôleries et d’ingéniosité déployés par tous.
Un grand moment de convivialité à ne pas rater !

 

La conseillère du 5ème arrondissement à l'urbanisme, l'environnement et les liaisons vertes, à la RVL
(02 février 2015)

À

l’invitation de la commission Vie de quartier, Céline Faurie-Gauthier est venue à la RVL le 2 février 2015. Ce fut l’occasion d’échanges de vues tous azimuts : modifications d’usages des logements, rôle majeur de la RVL dans la présentation à la collectivité de projets étayés et documentés, ainsi que dans la remontée des informations du terrain. « Vieux-Lyon 2020 », document prospectif que nous avions réalisé à l’occasion des dernières élections municipales, lui a donc été remis.
Cette rencontre a été aussi l’occasion de faire un tour d’horizon des sujets portés par la Commission Vie de quartier : mise en eau des bassins de la place Duquaire ; taille des arbres, montée des Chazeaux et place Gerson ; devenir des cèdres en face de la maison de Pauline Marie-Jaricot ; enlèvement des jardinières vides, quai Fulchiron ; éventuel accompagnement végétal des constructions à l’extrémité ouest du pont Maréchal Juin, un projet plus ambitieux qui pourrait être envisagé dans le cadre d’une réflexion sur l’usage à venir du pont lui-même, etc.
De son côté, Céline Faurie-Gauthier a évoqué le projet d’une charte : comment conjuguer le vert avec une architecture aussi présente dans le Vieux-Lyon ? Elle nous a aussi incités à étudier le sujet suivant : qu’est-ce que l’aménagement des berges a modifié dans les pratiques du Vieux-Lyon ? Ce pourrait être un prochain sujet de stage. Céline nous a assuré du concours de toute l’équipe municipale et notamment de Laurence Bufflier et de Bertrand Jabouley.
La RVL a évoqué les contacts pris avec Valérie Munier (Direction de l’Habitat et du Développement Solidaire Urbain à la Métropole) afin de réaliser le cahier des charges d’études sociologiques du Vieux-Lyon.
Et enfin, en point d’orgue, nous avons de nouveau émis des vœux pour une rénovation des pavés du Vieux-Lyon, le réaménagement des rues s’étant fait, dans le cadre de la piétonisation partielle du quartier, à partir de…. 1978 : 37 ans déjà ! Le Vieux-Lyon, joyau du Site Unesco et argument touristique majeur de la Ville de Lyon, offre aux habitants, aux usagers et aux touristes un pavage dégradé, sale et dangereux, qui fait obstacle à l’accessibilité qu’un tel quartier est en droit d’attendre !

 

Visite du Vieux-Lyon en compagnie des artisans et commerçants du quartier
(26 janvier 2015)

Ils étaient plus de 25 ce lundi 26 janvier à s’être retrouvés Place du Change pour une visite du premier secteur sauvegardé de France ! Pharmaciens, collaborateurs des hôtels Collège et Saint- Paul, ébénistes, doreuse, commerçants, horloger, architectes, artisans …
Pour faire écho à l’esprit du cinquantième anniversaire du premier secteur sauvegardé de France que la RVL a organisé en 2014, Stéphanie Petit, guide-conférencière et administratrice de la RVL est à l’origine de cette initiative : partager « l’esprit du lieu » avec ceux qui l’animent et le font vivre par leurs activités.
Une façon conviviale de rappeler que la Renaissance du Vieux-Lyon souhaite poursuivre son rôle d’initiateur et de moteur sur ce thème fondamental : au moment où la société connait de profondes mutations, comment maintenir l’équilibre fragile du quartier du Vieux-Lyon entre les usagers, ceux qui y habitent et ceux qui y travaillent, en évitant que « l’esprit du lieu » ne soit altéré.
Tous ont montré leur envie de poursuivre cette convivialité !

 

Rue Saint-Jean : d’un arbre à l’autre
(06 décembre 2014)

Depuis la disparition de l’acacia (en 2004 ou en 2005), la RVL a proposé à plusieurs reprises qu’on replante un arbre à l’angle de la rue Saint-Jean et du Palais de Justice. Il nous était objecté que l’extraction des racines de l’arbre mort posait des problèmes tels, qu’il était préférable d’envisager d’autres solutions comme, par exemple, l’installation à cet endroit d’une sculpture contemporaine.
Ce fut à notre tour de porter l’objection, rappelant un précédent fâcheux : la mise en place d’une telle œuvre place de la Baleine, à la toute fin des années 1970. L’œuvre était devenue rapidement un « monument d’expression libre », et pas n’importe laquelle : l’autodérision !
C’est pourquoi nous sommes heureux de découvrir aujourd’hui un tout jeune arbre, remplaçant enfin ce qui restait du tronc de l’acacia. Vivement le printemps ! Nous pourrons nommer précisément cette jeune pousse, pour laquelle nous formulons les traditionnels vœux de longue et belle vie, grâce à une attention des passants plus vive peut-être que celle manifestée ici…

 

LISIBILITÉ = FLUIDITÉ = SÉCURITÉ
(extrait du journal n° 143, novembre 2014)

Dans le N° 141 de notre Journal, l’article consacré au réaménagement des rives de la Saône dans le coeur historique de la ville (page 8) évoquait le très délicat (pour ne pas dire plus) entrecroisement des automobilistes et des cyclistes à la hauteur de la nouvelle entrée sud du parc de stationnement Saint-Jean.
Ce point noir (ou rouge) a perdu de sa dangerosité grâce à un « coup de rabot » donné à la bordure qui sépare la chaussée et la piste cyclable, ainsi qu’à un marquage au sol, à la peinture blanche, rappelant au automobilistes qu’ils doivent accomplir leur manoeuvre avec la plus grande prudence. ?

 

«Des pavés nouveaux à Saint-Paul»
(04 juillet 2014)

Un important chantier de restauration du palais de Bondy vient d’être entrepris et va rendre la rue Carrand inaccessible pendant au moins un an. Profitant de celui-ci, des travaux sont en cours au croisement des rues François Vernay, de l’Angile et Carrand, afin de modifier, pour les automobilistes, l’accès au quartier piétonnier à l’entrée de la rue Lainerie. Ces travaux s’accompagnent d’une reconfiguration de l’ensemble du secteur et vont élargir considérablement l’espace dévolu aux piétons.
Cette politique de la Ville a évidemment son revers : les places de stationnement sont et seront encore moins nombreuses.
En attendant, la qualité du travail doit être saluée, particulièrement celle du pavage réalisé, sur les trottoirs et les passages pour piétons, par des ouvriers qu’on pourrait, sans craindre de blesser leur modestie, qualifier d’artistes. Un tel traitement peut d’ores et déjà être pris comme exemple dans le cadre d’un projet plus global de restauration du pavage des rues et des places piétonnes du Vieux-Lyon.
Pour en savoir + : "Lever les yeux ?" : page 11 du journal RVL n°143 de novembre 2014 Pdf
Article du Progrès du 09/07/14 Pdf
Journal télévisé 12h-13h de France 3 Rhône-Alpes (1' 26'')

> Vie de quartier > Actualités


Contacts | Mentions Légales & Credits | English version